Philippe Pelaez

  • Pinard de guerre Nouv.

    "Rien ne grise comme le vin du malheur." Ferdinand est un tire-au-flanc, un planqué qui simule une infirmité pour échapper à la guerre et éviter de se retrouver en première ligne, dans les tranchées face aux Allemands. Profiteur sans scrupules, il a fait fortune dans le commerce d'un pinard douteux et frelaté qu'il vend à l'armée, allant même jusqu'à nuire à la concurrence pour être le seul fournisseur des poilus. Alors qu'il écoule son vin près de la ligne de front, Ferdinand se retrouve malgré lui engagé dans le conflit et devient, avec ses compagnons d'infortune, prisonnier d'une tranchée prise entre deux feux.

  • En 1848, l'étrange docteur Moreau invite dans son manoir du Yorkshire quatre hommes et femmes illustres du siècle victorien : Mary Shelley, Charles Darwin, Richard Burton et Emily Brontë. Son but : leur présenter les résultats de ses extraordinaires expériences. Mais loin de les convaincre, il ne déclenchera que colère. Colère et horreur, pour Mary Shelley, qui reconnaît cet homme : son nom n'est pas Moreau ; il s'appelle John Polidori, et a brisé sa vie.

  • Parfois, il est des secrets qu'il vaut mieux taire.

    1961 - Joseph revient d'Algérie. Pour les habitants du village, il n'est qu'un planqué qui officiait dans un bureau plutôt que sur les zones de combat, un lâche qui a esquivé les durs travaux de la ferme. Personne ne lui pardonne d'avoir abandonné sa famille, alors que son frère est cloué sur une chaise roulante, victime d'un accident de tracteur pendant son absence. D'enfant du pays, Joseph revient en paria. Heureusement, l'honneur du village est sauf : le fils du cafetier, lui, s'est battu en Algérie. Mais quand il revient à son tour de la guerre et révèle aux habitants le secret de Joseph, l'invraisemblable vérité éclate au grand jour.
    />

  • Des tartes aromatisées aux herbes, du rugby et des gangsters déterminés...
    Après avoir mis hors d'état de nuire une bande de trafiquants de drogue, Marie-Madeleine Madac-Miremont se voit recrutée par les services de renseignement français pour une opération délicate à Londres. Sans savoir parler un mot d'anglais, la fougueuse Française doit s'infiltrer dans un restaurant géorgien afin de surveiller un gang particulièrement dangereux. Elle sera aidée dans sa mission par un chauffeur de taxi belge azimuté et fan de Death Metal, et rejointe par sa fille Sarah qui devient l'objet d'un odieux chantage... Sur fond de coupe du monde de rugby, ce deuxième tome de la série persiste dans la veine de la comédie contemporaine, menée au rythme de situations cocasses et de jeux de mots désopilants...

  • Nous sommes en 2082, près de Jupiter. Les vaisseaux Achlys et Hybris, commandés respectivement par Pavel Vonichev et Sylan Kassidy, continuent leur mission :
    Pour l'Hybris, il s'agit d'assembler les éléments qui formeront la future base sur Callisto ; les membres de l'Achlys, eux, récoltent des minerais sur (617) Patrocle dans des conditions extrêmes, les perturbations magnétiques se faisant plus intenses. Mais soudain, alors qu'un étrange nuage bleu se forme au voisinage de l'astéroïde, une navette incontrôlable vient se crasher sur le vaisseau, endommageant gravement les déflecteurs censés protéger l'équipage de l'Achlys de la magnétosphère de Jupiter.

  • 2082. Une planète inconnue, un climat glaciaire, une atmosphère viable, mais un environnement hostile. Alors que deux de ses hommes viennent de disparaitre, victimes d'êtres monstrueux à l'aspect vaguement humain, le commandant Sylan Kassidy ne peut que se rendre à l'évidence : l'Hybris ne peut pas repartir. Assailli par les créatures qui trouvent le moyen de pénétrer dans le vaisseau minier, faisant une victime supplémentaire, l'équipage est obligé de s'enfuir à bord d'une navette de secours.
    Depuis le début de leur mésaventure, les hommes et les femmes de la mission Orus restent en contact radio avec la terre. Leur interlocuteur privilégié ? Le président des États-Unis, Ashton Saint-John, qui voit d'ailleurs dans l'épopée du commandant Kassidy une formidable opportunité pour l'humanité, sur Terre. Car celle-ci se meurt, victime de la folie des hommes qui n'ont eu de cesse de s'entretuer depuis des décennies, depuis 2070, lorsque le président Lyndon Cooper, opposé à l'alliance sino-russe, a fait le choix de la guerre bactériologique et chimique, de la guerre nucléaire. Le choix de l'holocauste.
    Proche d'une aventure classique de science-fiction qui pose le progrès scientifique comme toile de fond, l'univers de Alter est clairement revendiqué et assumé, puisque le récit se tourne résolument vers l'anticipation et la dystopie : le lecteur est projeté dans un futur proche, balisé d'éléments facilement identifiables qui dévoilent les conséquences désastreuses d'un conflit planétaire.

  • Le fugitif Oliver Twist, échappant à la foule vindicative, rencontre un jeune garçon, bravache et arrogant, habitué à être le centre d'un univers qu'il est incapable de rejoindre. Ce garçon, c'est Peter Pan, poursuivi jusque dans le Londres de 1880 par son vieil ennemi : le capitaine Crochet, flamboyant et séducteur, vengeur et psychopathe, mais lié aux deux garçons par la même blessure sourde et lancinante...

  • En 2082, un vaisseau minier s'est échoué sur une planète au climat glaciaire, peuplée de créatures agressives. En contact radio permanent avec la Terre et le Président des EtatsUnis, son équipage réalise avec effroi qu'ils sont prisonniers d'un univers parallèle, sur une planète Terre désolée, et que les monstres qu'ils affrontent... sont leurs propres doubles..

  • Et si... ? Et si J.M. Barrie n'e´tait autre que son propre personnage, Peter Pan, prisonnier de notre monde et condamne´ a` enfreindre la loi qu'il a lui-me^me e´dicte´e : devenir un adulte ? Et si en voulant e´chapper au crochet de son ennemi il rencontrait un jeune garc¸on, lui aussi en fuite, Oliver Twist ?
    Et si un capitaine aux habits suranne´s e´tait venu chercher dans le Londres victorien une me`re perdue, essayant de reproduire un amour maternel... sur les prostitue´es de Whitechapel ? Et si le lien inde´fectible unissant ces trois personnages si diffe´rents e´tait simplement... celui d'e^tre orphelins ?

empty