Le Diplodocus

  • Ardi est chasseur d'éléphants. Grâce à lui, il n'y en a aucun dans son village. Et d'ailleurs il n'y en a jamais eu, c'est bien la preuve qu'il fait correctement son travail! Aucun éléphant? Dans tout le village? Alors, si c'est vrai, à qui sont ces oreilles qui dépassent des maisons? Et pourquoi les arrosoirs semblent bouger tout seuls? Un jour ou l'autre il faudra bien dire la vérité à Ardi: son village est rempli d'éléphants! Et ce jour-là, il pourra compter sur Violette pour lui ouvrir les yeux et lui montrer que les éléphants ne sont ni méchants, ni monstrueux. Et qu'on peut se faire des amis en regardant un peu plus loin que le bout de sa trompe... euh... de son nez !

  • Alice rencontre un chat sauvage ; malheureusement il est déjà l'heure d'aller se coucher. Accompagné des animaux de la forêt, le chaton va aider Alice à s'évader pour lui faire découvrir les mystères de la nuit. Elle escalade les arbres avec l'écureuil, dégringole les talus à la suite du loup, embrasse la lune et respire la nuit. Puis c'est au tour du chaton d'entrevoir l'univers d'Alice, d'être cajolé jusqu'au soir où, tous les deux vont se coucher plein d'expériences pour nourrir leurs rêves.

  • Quand il sera grand, Abel rêve de devenir un fleuve. Et même si les autres enfants trouvent ce rêve insensé, il persévère dans son optimisme :
    S'il était un fleuve, il n'aurait peut-être plus de jambes, mais pourtant il galoperait plus vite que jamais et traverserait des continents entiers.
    S'il était un fleuve, on pourrait le croire seul, mais il serait accompagné de poissons, de crustacés... et même de sirènes...

    L'enfant fleuve est une fable sur le pouvoir de l'imagination qui s'offre le luxe de nous sensibiliser à l'écologie.
    Portée par le dessin puissant et coloré d'Ève Gentilhomme, la langue prophétique de Cécile Elma Roger nous transporte dans un monde fantastique : celui de l'imagination sans borne d'un enfant.
    />

  • Alors qu'ils viennent d'emménager dans une nouvelle maison, un petit garçon et son père font une découverte extraordinaire : leur maison déménage tous les jours !
    Elle se retrouve tous les matins dans un nouveau décor : un désert, des gratte-ciels, un vieux volcan, des plages sauvages, un lac rempli de pélicans. Elle finit par s'attarder dans un banal petit village où l'aventure semble se terminer, alors qu'elle ne fait que commencer !

  • Trompette + moi

    Joanna Wiejak

    Ma chienne Trompette est étonnante puisque tout en elle est mathématique ! Elle se compose de plusieurs formes géométriques : cercle, carré, triangles... Elle additionne les exploits et multiplie les bêtises. Et quand elle croise un chat, elle prend la tangente et veut lui faire la tête au carré.

  • Un petit chat poursuit une coccinelle. Il aimerait l'attraper, jouer avec elle, la garder entre ses griffes... mais elle est rapide et le sème dans la forêt. Pourtant lorsque la coccinelle se pose sur son museau, c'est un chat clown qui apparaît ! C'est avec simplicité et justesse que les auteurs réussissent le miracle de nous emporter dans cette folle poursuite où l'on devient chat pourchassant sa proie..

  • Quand on est petit, on rêve souvent en grand. Alors, en attendant de pouvoir concrétiser ses rêves grandeur nature, on s'adapte et on les réalise à notre échelle. On devient pompier de bougies, chanteur sous la douche ou encore coiffeur de peluches.
    Porté par le trait poétique d'Audrey Calleja, le texte de Séverine Vidal encourage les enfants à vivre leurs envies d'adulte. Moyennant quelques ajustements, ils sont à porté de mains.

  • Thomas Scotto fait danser les mots en prêtant sa voix à Anya, petite fille désorientée par son arrivée dans un nouveau pays dont elle ne connaît ni la langue ni les paysages. Et cet imaginaire enfantin, où les appartements deviennent un puzzle et les escaliers un tourbillon, valse avec les illustrations de Lucie Albon, toutes en douceur et inventivité.

  • Lucie Albon a investi les murs des rues de Lyon, New York et Tokyo avec ses grands collages poétiques en noir et blanc. Et c'est au tour du lecteur de redonner de la couleur à ces trois grandes villes. Dessins, coloriages et graffitis, tout est permis !
    Un petit carnet de coloriage à emporter partout pour redécouvrir la ville avec des couleurs plein les yeux.

  • Adam et Nour ont au-dessus de leurs têtes des petits nuages noirs qui apportent de tristes pensées et des moues toutes de travers. En grossissant, ces nuages finissent par faire de l'ombre à tous les enfants de l'école. Avec l'aide de leurs camarades, Adam et Nour vont tenter de les faire partir pour faire revenir le soleil. Un livre plein d'optimisme porté par le dessin spontané de Stéphanie Marchal et l'écriture inventive d'Ingrid Chabbert, sur le mal-être enfantin.

  • Une frise à colorier de 2 mètres de long qui raconte les quatre saisons au pays des chiens. Une fois coloriée et exposée, vous pourrez suivre tout au long de l'année les changements de saison à travers l'univers loufoque de Marion Barraud.

  • Souvent, mon grand-père raconte des salades, de toutes les formes et couleurs, que les autres savourent parfois en y ajoutant leur grain de sel. Un album simple, tendre et comique qui parle moins de jardinage que de complicité intergénérationnelle.

  • Sur le chemin de la maison, Michel raconte à son père l'horrible journée d'école. Heureusement, l'illustration est là pour nous aider à démêler le vrai du faux en dévoilant la véritable journée de Michel.

  • Aujourd'hui, j'ai cru que maman voulait me faire manger des spaghetti et de la salade. Quelle horreur ! En fait je n'avais pas bien regardé, c'était de la girafe et de la tortue, et c'était bien meilleur !

empty