Régis Pénet

  • Une rue passante, une rue pleine de vie. Une rue vue à hauteur d'un homme à terre. Un SDF. Depuis son monde intérieur, un monde obscur traversé de quelques lumières et de rares espérances, il contemple l'indifférence, lui, l'invisible

  • Antigone

    Régis Pénet

    • Glenat
    • 15 Mars 2017

    Antigone, fille d'Oedipe, s'apprête à braver l'interdit du roi de Thèbes en accomplissant les rites funéraires destinés à son frère, le paria Polynice. Pour ce geste, elle risque la mort. Mais c'est le prix à payer pour ce qu'elle estime être son devoir : envers l'amour qu'elle porte à son frère, envers les dieux. Son propre oncle, le roi Créon, ira-t-il jusqu'à la condamner en dépit des lois divines, non écrites et éternelles ? Antigone, son fiancé Hémon et le devin Tirésias parviendront-ils à le faire changer d'avis ?

    Régis Penet adapte Antigone de Sophocle restituant, dans un époustouflant travail graphique en peinture sur bois, toute la force dramatique et la puissance philosophique de ce récit fondateur. En fin d'ouvrage, un appareil critique rédigé par un spécialiste de Sophocle recontextualise l'importance et la contemporanéité de la pièce originale.

  • Lorenzaccio

    Régis Pénet

    La cité vit sous la tyrannie d'une brute débauchée et sanguinaire : le duc Alexandre, bâtard des Médicis, qui s'appuie sur les troupes de Charles-Quint. Lorenzino connaît les vices d'Alexandre, l'avidité des marchands, l'indignation du peuple, la conjuration des grandes familles et cherche à libérer sa ville pour instaurer une République. Mais à quel prix ?

    Les auteurs nous livrent ici une adaptation libre (sur la forme) de l'oeuvre éponyme d'Alfred de Musset, ayant pour héros Lorenzino de Médicis (héros romantique) qui deviendra par la force des événements Lorenzaccio (le débauché).

  • LA CHUTE DES CORPS est la suite et la fin de l'enquête que le Lieutenant Mia Velickovic menait depuis quelques mois. L'étrange mort de Kim, fille du scientifique et bio-trafiquant Lothar Wong, a été suivie par d'autres assassinats aussi sanglants que troublants. Mia est plus que jamais persuadée que Lucy et Andréa Stillman détiennent la clé du mystère, mais son investigation piétine. Heureusement, « le monstre » a laissé sa trace sur les corps des victimes. Un ADN inconnu sera-t-il suffisant pour confondre le tout puissant Wong? Quand la vérité est trop lourde à porter, il vaut mieux la faire disparaître, même si elle finit toujours par remonter à la surface. Mia Velickovic est prête à percer bien des secrets pour arriver à ses fins, mais elle va devoir compter avec un adversaire inattendu : le sentiment que lui inspire l'un de ses principaux suspects. « L'amour est bien un choix.il est donc fait de renoncements. »
    Au terme de ce thriller sombre et prophétique, Régis Penet s'interroge sur la nature humaine : peut-on encore distinguer le créateur de sa création, l'homme de la bête, l'origine de la fin ?

    Dans ce deuxième volet de sa série LES NUITS ÉCORCHÉES, l'auteur déploie tout son talent de narrateur, à l'aise avec un récit fort en rebondissements et un graphisme élégant et sensuel. Avec son trait efficace et sa palette composée de bleus et de gris pour l'essentiel, Penet restitue avec dextérité la férocité des animaux sauvages, l'architecture stylisée des villes contemporaines et la violence des scènes d'action. Des éléments encore plus saisissants au détour des pages dessinées sur fond noir. Un ensemble qui fait de La Chute des Corps un album à couper le souffle !

  • Frappée de stérilité, l'espèce humaine disparu pratiquement de la surface de la terre. Elle ne subsista que sous la forme de petits clans, accrochés aux derniers lambeaux de nos civilisations, agglutinés autour des derniers ventres féconds. Une prophétie naquit pendant ce lent déclin : " Au bord de l'extinction, notre espèce sera sauvée par une femme à la postérité innombrable. " Prométhée est une gamine de 15 ans, insouciante, heureuse. Capricieuse aussi ! Elle est l'objet de toutes les attentions de son clan; un clan qui a trouvé refuge dans les ruines de l'île de la cité. Au milieu de ces prestigieux vestiges, elle est sûre d'être désignée pour devenir la nouvelle déesse-mère de l'humanité. Elle ignore pourtant le terrible secret de sa naissance, tout comme elle ignore qu'une autre prophétie annonce l'apparition d'une horde dévastatrice, vouée à l'anéantissement des derniers espoirs humains.

    Prométhée assistera à l'anéantissement de son clan et, accompagnée de Marc'h puis de la mystérieuse Mémoire, elle verra son existence basculer dans la tragédie. Des ruines de Notre-Dame aux ruines de Rome, elle devra décider du sort des Hommes, en permettant à l'une ou l'autre des prophéties de s'accomplir.

  • Espionnage et contre-espionnage.
    Affaire d'état : « affaire politique qui implique des membres du gouvernement d'un État ou de plusieurs États ». Elles foisonnent, aucun pays n'y échappe et pourtant elles sont régulièrement occultées. S'inspirant librement de la réalité des faits, Philippe Richelle se propose de revisiter dans Affaires d'États, trois événements qui ont ébranlé l'État français dans les années 60, 70 et 80. Chacune de ces décennies aura le droit à un cycle indépendant - composé de quatre tomes - qui sera mis en images par un dessinateur différent : Régis Penet pour Guerre froide, Pierre Wachs pour Extrême droite et Alfio Buscaglia pour Jihad. Une série-concept ambitieuse de polars historiques et d'espionnage soutenue par une publication exceptionnelle puisque les trois premiers tomes sortiront le même jour.
    Décembre 1961. Un agent du KGB du nom de Trifonov passe à l'ouest via la Finlande. Il trouve asile aux États-Unis où il est pris en charge par le patron du service de contre-espionnage de la CIA, un anticommuniste virulent. Pour l'essentiel, les révélations de Trifonov concernent la France : il y aurait des taupes soviétiques au siège de l'OTAN à Paris et au sein du SDECE, le service d'espionnage français. L'agent Fred Ogier, chargé du dossier et missionné pour débusquer les traitres, va devoir démêler les noeuds d'une vaste enquête de contre-espionnage dont l'ampleur lui échappe encore...

  • Quand la survie des hommes met en jeu leur humanité.

    Russie, 1812. Ils sont une poignée d'hommes et de femmes qui errent dans le grand blanc, dans une étendue de neige immaculée dont la blancheur n'est cassée que par la verticalité de quelques bouleaux timidement dressés. Ce petit groupe livré à lui-même depuis des jours, des semaines, lutte pour sa survie, dans l'enfer froid de l'hiver russe, en marge de la grande retraite napoléonienne de 1812.

    S'il se place dans un contexte historique, La Marche est un roman graphique qui se concentre avant tout sur l'intensité et les rapports entre personnages dans un contexte extrême. Dans un magnifique noir et blanc qui justifie pleinement l'adhésion de La Marche à la prestigieuse collection Intégra des éditions Vents d'Ouest, Régis Penet et Anne-Laure Reboul offre un survival historique aussi cruel que prenant, un huis-clos à ciel ouvert sur fond blanc, à l'issue forcément tragique...

  • Le pouvoir est le seul poison auquel nul ne peut résister.
    Grèce. 85 avant JC. Alors qu'il vient de vaincre les armées du mythique roi grec Mithridate VI, Sylla, consul de Rome, exige de son adversaire un tribut un peu particulier : qu'il lui livre son médecin personnel, Narcès. Créateur de la médecine par le poison, il serait à l'origine de la résistance surnaturelle de Mithridate. Sylla sait très bien le sacrifice personnel qu'une telle force exige en retour, mais pour l'obtenir, il doit se montrer prêt à risquer sa vie. Pour le général romain, le trajet de retour à Rome devient alors jalonné d'épreuves aussi bien physiques, par le traitement qu'il s'inflige, que mentales, par les doutes qu'il se met alors à avoir sur le monde et sur sa propre existence. Dans quel état Rome accueillera-t-elle l'un des plus grands conquérants de son histoire ?
    Et si le destin du puissant Sylla avait failli basculer quelques semaines avant son retour triomphal à la tête de la cité ? À partir de cette fascinante hypothèse, LF Bollée et Régis Penet nous plongent dans l'intimité d'un être hors-du-commun. Après avoir revisité le western pour Christian Rossi, le scénariste de Deadline offre sa vision personnelle du péplum et nous livre une réflexion profonde sur le pouvoir et la quête de gloire.

  • 1250 av. J.-C. Alors que la guerre de Troie fait rage, deux mystérieuses jumelles arrivent aux portes de la cité fortifiée. L'une tient dans ses bras une magnifique idole d'orichalque : le Palladium. Léonidas et Aquilon, deux officiers troyens semblant dissimuler un lourd secret, sont immédiatement séduits par la beauté trouble des jumelles. Et il ne faut pas longtemps pour que chacun en épouse une, fondant ainsi deux familles : les Léos et les Aquilos.
    Ce que tout le monde ignore, c'est que dans le Palladium est enfermée Ker, une déesse maléfique qui, de sa prison d'orichalque, réserve une terrible malédiction aux deux familles.
    Une malédiction qui les poursuivra à travers les âges, accompagnant le destin de la ville mythique qu'elles s'apprêtent à fonder : Rome.
    Conçu à l'origine par le regretté Gilles Chaillet, Roma est un projet ambitieux visant à raconter l'éternité de Rome à travers une grande fresque historico-fantastique de 13 albums, construite autour de la malédiction du Palladium. À raison d'une parution tous les 6 mois, chaque album, formant une histoire complète et réalisé par un dessinateur différent, nous décrit en toile de fond un épisode spécifique et emblématique de l'histoire de Rome. Un contexte historique hautement mis en lumière par l'apport de Bertrand Lançon, éminent historien spécialiste de la cité éternelle, qui contribue aux dossiers pédagogiques de fin d'album.

  • 306. Constantin Ier règne sans partage sur un empire s'étendant de la mer du Nord à l'Orient. Sa mère, Hélène, fervente chrétienne, le pousse à la conversion et à imposer la religion du Dieu unique à tous ses citoyens. Les familles Leo et Aquila sont toujours les gardiennes et les garantes de la stabilité du Palladium, mais elles doivent désormais célébrer leur culte de manière clandestine. L'Empereur vient de fonder une seconde capitale pour l'Empire Romain d'Orient : Constantinople. Sous la pression de sa mère, il impose la religion chrétienne. Pour ce faire, il crée auprès des Romains un épouvantail qui les poussera à embrasser sa foi : il invente le Diable ! Il trouve dans l'antique culte du Palladium un bouc émissaire tout indiqué, et monte une machination pour désigner cette ancienne croyance, ainsi que ses adorateurs, à la vindicte populaire. Mais Ker, la déité prisonnière de la statue, usera de tous ses pouvoirs maléfiques pour briser les plans de l'Empereur...

  • La tomate

    ,

    • Glenat
    • 24 Janvier 2018

    Dans le futur, faire pousser une simple tomate est devenu un crime.

    Dans un futur aseptisé et indéterminé, la société est hiérarchisée en trois classes sociales distinctes. L'alimentation est devenue entièrement réglementée par des multinationales. Ce sont elles qui produisent et fournissent tout ce dont se nourrissent les citoyens, si bien qu'il est devenu strictement interdit de cultiver ses propres semences. Aujourd'hui, pour avoir découvert des graines de tomate et avoir osé les faire pousser chez elle, une jeune femme est emmenée devant les tribunaux. Ceci est l'histoire de son procès.

    Dans la lignée des grandes oeuvres d'anticipation telles que SOS Bonheur ou 1984, ce nouvel album de Régis Penet questionne les dérives de notre société moderne et l'appropriation du vivant par des sociétés privées. Un récit qui part de rien (une simple tomate) et nous raconte la fin du monde... dans un futur qui ne nous semble pas si éloigné que ça.

  • Fin des années 40, Sibérie.
    Staline revient en zone 0049, celle où précisément il avait été déporté à l'époque où il se faisait appeler Koba. Il doit y éclaircir un mystère lié à une toile le représentant lui et ses compagnons de lutte devenus depuis des membres importants du régime. Or, ces derniers disparaissent progressivement du tableau sans qu'une main humaine, apparemment, en soit la cause.

empty