Fluide Glacial

  • En deux mots : Faut pas prendre les cons pour des gens est un album d'humour absurde sur la bêtise ordinaire, de plus en plus présente autour de nous.
    À la manière d'un Goossens ou d'un Fabcaro, il tord et maltraite les clichés de la société dans une BD hilarante et grinçante à souhait. Racisme ordinaire, mesures gouvernementales ubuesques, maisons connectées, quotas policiers, surpopulation carcérale, rejet des laissés-pour-compte...
    Reuzé n'épargne rien ni personne pour notre plus grand plaisir. Côté dessin, il singe la BD contemporaine qui n'hésite pas à reprendre le même dessin sur plusieurs cases.
    Comme vous l'aurez compris, ce bougre ne prend vraiment rien au sérieux, pas même son éditeur !

  • Succès surprise de 2019 (60 000 ex. GfK), Faut pas prendre les cons pour des gens revient en octobre pour un tome 02 toujours aussi absurde, hilarant et terriblement efficace. En ces temps où tout le monde se demande si l'on peut encore rire de tout, Reuzé et Rouhaud font fît de ces questions et nous offre un bijou d'humour noir et absurde que n'aurait pas renié Desproges. Chaînon manquant entre l'implacable lucidité des Idées noires et l'absurdité de Fabcaro, cette série fera date dans l'histoire de la BD.

  • Le chef-d'oeuvre incroyablement visionnaire du 9e art méritait un écrin digne de ce nom. C'est chose faite avec cette intégrale qui rassemble les deux tomes de la série culte de Franquin ainsi qu'un court texte sur la genèse de l'oeuvre. Les Idées noires de Franquin, créateur de Gaston Lagaffe et du Marsupilami, nous révèle une nouvelle facette de ce merveilleux dessinateur à l'humour noir dévastateur et intemporel. Franquin démasque les visages hideux de notre barbarie civilisée : le nucléaire, la peine de mort, la guerre, la chasse et autres gentillesses du même tonneau. Comme le disait si bien Sacha Guitry : Lorsqu'après avoir lu une page d'Idées noires de Franquin on ferme les yeux, l'obscurité qui suit est encore de Franquin.

  • Annick Tamaire

    Jonathan Munoz

    Qui aime bien châtie énormément. Voici ce que pourrait être le crédo d'Annick Tamaire, cette petite fille pour qui la violence est vraiment la réponse à tous les problèmes.Le temps d'un album, Annick vous présentera son monde : ses parents dépressifs au bord de la rupture, Stéphane, la tête d'ampoule insupportable mais qu'elle aime secrètement, Momo, le benêt gentil qui sourit tout le temps et tout un paquet d'autres camarades de classe qui l'insupportent et l'énervent en permanence.

  • Ce qui est bien avec l'âge, c'est qu'on n'hésite plus à donner son opinion sur tout. Et c'est ce qui fait tout le charme de ces mémés vives d'esprit, parfois acerbes mais toujours très lucides sur le monde qui les entoure. Un album vif et truculent où l'absurde et la poésie font bon ménage.

  • Une BD d'humour sur la psychanalyse ! Émilie a 30 ans - le meilleur âge - mais aussi un copain accro à la télé, des parents gentils (synonyme d'intrusifs) et une soeur parfaite (synonyme d'insupportable). Bref, le quotidien est un peu pesant pour cette instit au look de Mary Poppins ! Décidée à se prendre en main, elle commence une thérapie plutôt déroutante avec une psy aussi aimable qu'un caillou et aux méthodes étonnantes pour cette novice en dogmes freudiens.
    Et pourtant, avec délicatesse et humour, de lapsus en actes manqués, Emilie retrouve le sourire. Attachante héroïne du quotidien servie par le trait délicat d Anne Rouquette et la plume subtile de Théa Rojzman, Émilie rend drôle le sérieux sujet de la psychanalyse. Fille de l'écrivain et psychosociologue Charles Rojzman, titulaire d'une maîtrise de philosophie, Théa nous offre une intelligente « Psychanalyse pour les Nul(le)s » !


  • Pascal Brutal vit dans un futur proche où Alain Madelin est président de la République et où François Baroin règne sur le monde du jeu. Pascal, quant à lui, règne sur le monde des sentiments car il est devenu le roi des mecs virils : gourmette en argent, chausettes blanches dans baskets torsion, baston...


  • La France, le futur proche. Dans une société ultra-libérale dirigée par Alain Madelin, un homme particulièrement viril porte une gourmette en argent au poignet et une paire de baskets Torsion 1992 aux pieds. Cet homme, pour qui survivre est un loisir, et faire ce qu'il veut un passe-temps a choisi la route enflammée de la liberté individuelle. Cet homme, c'est Pascal Brutal.

  • Pour terminer cette série des Grands crus classés, il fallait mettre la barre haut. C'est chose faite avec cet album dédié au créateur de Fluide Glacial et auteur de génie : Gotlib. Référence de la BD d'humour, Gotlib a créé Fluide Glacial en 1975 pour publier des histoires sans limite ni contrainte. C'est ce qu'il fit durant près de 20 ans dans les pages du magazine d'Umour et Bandessinées. Ce recueil rassemble ses meilleures histoires sélectionnés par la crême des auteurs de BD et quelques guest-star comme Alain Chabat.

  • Animal, viril, esclave de ses pulsions, Pascal Brutal ressemble à l'homme de Neandertal propulsé dans l'ère moderne. Tout chez lui traduit un surplus de testostérone : une tête d'acteur porno, un cou de taureau, « des avant-bras aussi larges que les poignets permettant de bien défoncer la gueule » et des poils de fesses partout. Sans oublier les baskets Adidas Torsion et la gourmette (symboles du has been pas encore trendy) et le slip kangourou évidemment trop serré. Pascal est brut, nature, frais, spontané et en plus il cogne sec. Les mots, c'est pas son truc... Grand séducteur, aucune femme ne lui résiste : ni les femmes de l'armée, ni les Bretonnes, et encore moins les hommes (Cf. Abou Mahmoude). D'ailleurs, notre animal n'aurait-il pas quelques pulsions refoulées ? Bref, plutôt qu'analyser, notre HOMME préfère taper et choper. À la tête du « Commando Virilo », Pascal est aussi un sauveur : celui de la France, mais aussi de l'humanité face aux dangers terroristes. Un héros, on vous dit !

  • A mi-chemin entre la vision fantasmée de la caillera de banlieue et le justicier des temps modernes, Pascal Brutal est fort, violent, oisif et séduisant. Pilotant sa grosse moto rouge sans casque, fumant joint sur joint, cassant la gueule de quiconque se met en travers de son chemin, faisant l'amour à toutes les femmes qu'il croise, il représente la nouvelle virilité. Décomplexé, animal, sûr de lui, irrésistible, Pascal Brutal est le français parfait du futur.

  • Gai Luron et Belle Lurette ont bien envie de passer à d'autres activités, plus... sensuelles. Leurs rencontres sont prétextes à des dialogues ambigus, tendancieux.  Mais, nos héros sont rarement en phase et leur manque d'esprit d'entreprise les laisse bien chastes, finalement.

    En 9 histoires courtes, précédées d'une brève introduction, Marcel Gotlib nous livre le tome final de la série et ultime album d'humour et de bande-dessinées.

  • L'intégrale de cinq albums de l'auteur de bande dessinée parus dans les tout premiers numéros de "L'écho des savanes" et de "Fluide glacial". Avec un dossier d'inédits, de croquis et d'interviews de Gotlib.

  • L'art du 9e art

    Emmanuel Reuzé

    Avant le succès de Faut pas prendre les cons pour des gens, Emmanuel Reuzé avait déjà sévi chez Fluide Glacial avec l'album L'art du 9e art. Faussaire de génie, il revisite ici la BD sous tous ses aspects et nous apprend tout ce qu'il faut savoir sur le 9e art : dessiner avec un Boeing, réaliser une BD en apnée comme Joann Sfar, étudier l'anatomie de Gros Dégueulasse de Reiser ou réussir une BD autobiographique de fille.
    La BD est évoquée depuis ses origines et répertoriée par professions et par styles. Le mauvais esprit de Reuzé n'épargne rien ni personne, à commencer par les théoriciens du 9e art qu'il convoque pour mieux les pasticher. La bible des lecteurs et des auteurs de BD existe enfin. Grandiose, exhaustive et surtout définitive !

  • Des fables fantastiques qui dépeignent les excès de la société turque tant du point de vue économique que politique ou technologique.

  • Ministre du travail déchu, Henri-Xavier de Lapègre va devoir faire ce qu'il déteste le plus : travailler ! Henri-Xavier de Lapègre se voit éjecté de son ministère pour une bête histoire de notes de frais. Alors, en tant qu'ancien ministre du travail, il compte montrer l'exemple à ces feignasses de français et s'inscrit à Pôle emploi... En quelques jours, il va se retrouver en situation de boulanger, serveur, facteur et... gréviste.

  • Avec Merci l'amour, merci la vie !, Yannick Grossetête tourne en ridicule le moindre évènement du quotidien en poussant l'absurde à son paroxysme. Rien n'échappe à l'humour grinçant et au dessin faussement naïf de l'auteur.

    À la manière d'un Bastien Vivès dans La Famille ou d'un Delisle dans  Le Guide du mauvais père, l'auteur nous parle d'amour, de rencontre, de famille, de la vie. Le ton est acerbe et désopilant et Grossetête sait exactement mettre le doigt où ça fait mal mais toujours avec une grande tendresse.

  • Mondo Reverso est un western transgenre. Les hommes sont des femmes, les femmes sont des hommes. Dans l'Ouest sauvage, Cornelia, desperadette au cuir bien tanné, fait la rencontre d'un joli petit lot, Lindbergh, homme au foyer en cavale. Tous les deux poursuivis par leur passé, quelques psychopathes et un paquet d'indiennes, ils se lancent dans une quête à travers les plaines de l'Arizona... et aux frontières du genre.

    1 autre édition :

  • Un western transgenre où les femmes ont le pouvoir.

    En deux mots : Cornelia et Lindbergh filaient le parfait amour jusqu'à ce que la routine du quotidien vienne s'en mêler, mais pas le temps de s'apitoyer ! Cornelia devenue shérife, se lance à la poursuite d'un cirque itinérant qu'elle soupçonne d'avoir kidnappée un jeune garçon. Lindbergh quant à lui refuse d'attendre sagement madame à la maison et se jette à sa poursuite.
    Dans Mondo Reverso, les codes sont bousculés : les femmes font la loi à coup de flingue et de peignées mémorables à en faire pâlir Clint Eastwood quand les hommes se contentent de les épouser ou de vendre leurs charmes parés de leurs ombrelles et de leurs décolletés plongeants.

  • Mai 1981. Après une campagne acharnée, Coluche devient Président de la République. Sa première mesure : l'instauration d'un Apéro général et continu. Dès lors, grèves et manifestations font rages. Certains Français réclament que l'apéro soit inclus dans le temps de travail, d'autres qu'il soit inscrit dans la Constitution ou soit remboursé par la Sécu... De mesures en mesures, Coluche découvrira les difficultés de gouverner ce pays si prompt à la critique des dirigeants.
    Et si Coluche était devenu Président de la République... c'est sur ce postulat (hélas fictif) que Fabrice et Jean-Marcel Erre se sont basés pour créer cet album qui retrace les premiers jours de Coluche à l'Eysée.

  • Rassemble neuf histoires hilarantes.

empty