• Un auteur de bande dessinée, alors qu'il fait ses courses, réalise qu'il n'a pas sa carte de fidélité sur lui. La caissière appelle le vigile, mais quand celui-ci arrive, l'auteur le menace et parvient à s'enfuir. La police est alertée, s'engage alors une traque sans merci, le fugitif traversant la région, en stop, battant la campagne, partagé entre remord et questions existentielles.
    Assez vite les médias s'emparent de l'affaire et le pays est en émoi. L'histoire du fugitif est sur toutes les lèvres et divise la société, entre psychose et volonté d'engagement, entre compassion et idées fascisantes. Car finalement on connaît mal l'auteur de BD, il pourrait très bien constituer une menace pour l'ensemble de la société.
    Voici le nouveau récit choral de l'imparable Fabcaro, entre road-movie et fait-divers, l'auteur fait surgir autour de son personnage en fuite, toutes les figures marquantes -et concernées- de la société (famille, médias, police, voisinage...) et l'on reste sans voix face à ce déferlement de réactions improbables ou, au contraire, bien trop prévisibles.

  • Moon river Nouv.

    Moon river

    Fabcaro

    Hollywood, années 50. Au coeur de l'usine à rêves du cinéma, l'immense actrice Betty Pennyway est victime d'un crime sans précédent et particulièrement abominable. L'affaire fait la Une de toute la presse et l'Amérique entière est en émoi. La police de l'état fait appel au peu orthodoxe inspecteur Hernie Baxter pour mener cette délicate enquête qui secoue tout le petit monde du 7ème Art.
    Moon River est un polar noir, poisseux et angoissant, au suspense insoutenable, dont on découvre seulement à la page 12 que le coupable est l'acteur qui joue avec Betty Pennyway.

  • Chicago, fin des années 1960. Karen Reyes, dix ans, est une fan absolue des fantômes, vampires et autres morts-vivants. Elle se voit d'ailleurs comme un petit loupgarou : d'après elle, dans ce monde, il est plus facile d'être un monstre que d'être une femme. Un jour de Saint Valentin, au retour de l'école, Karen apprend la mort de sa belle voisine, Anka Silverberg, une survivante de l'Holocauste. Elle décide alors de mener l'enquête et va vite découvrir qu'entre le passé d'Anka au coeur de l'Allemagne nazie, son quartier en pleine ébullition et les drames qui, tapis dans l'ombre de son quotidien, la guettent, les monstres bons ou « pourris » sont des êtres comme les autres, complexes, torturés, fascinants. Conçu comme le journal intime d'une artiste surdouée, c'est un livre époustouflant.

  • Simone et moi Nouv.

    Simone et moi

    Simone F. Baumann

    Simone et moi, c'est une découverte sur 350 pages d'une introspection rare et précieuse. Un récit d'une sensibilité extrême, témoignage d'une jeunesse d'aujourd'hui souvent désorientée et qui doit vivre coûte que coûte et se construire dans un monde en plein bouleversement.
    Avec son langage visuel net et sans fioritures, on ne peut s'empêcher d'inscrire son dessin dans la lignée de George Grosz ou d'Otto Dix qui décrivaient la ville et ses habitants sans compassion aucune, « au scalpel ». L'introspection à laquelle elle nous invite rappelle également Mars de son compatriote Fritz Zorn qui écrivait avec la même honnêteté son chemin intérieur.
    Un roman graphique "grand format", reliure cousue avec deux rabats intérieurs et fer à chaud argenté sur les titres de couverture.

  • Se battre Nouv.

    Se battre

    Collectif

    Ce numéro de rentrée sera placé sous le signe de la combativité, avec un dossier consacré au thème "se battre". Que signifie "se battre" quand on est une femme, socialisée comme un individu vulnérable ?
    Au programme également, une rencontre entre la chanteuse Pomme et l'actrice Nadège Beausson-Diagne ; un portrait de Virginia Woolf par l'écrivaine Geneviève Brisac, et un entretien avec la dessinatrice Pénélope Bagieu. Le débat sera consacré à une question brûlante :
    Pourquoi l'intersectionnalité fait-elle si peur ? Le reportage nous emmènera à Malaga, pour tirer un bilan des tribunaux dédiés aux violences de genre créés il y a 10 ans. La BD, signée Thomas Azuelos, racontera l'une des premières grèves de femmes du XXe siècle : celle des transbordeuses d'oranges dans le sud de la France.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Bébéventre Nouv.

    Bébéventre

    Aurore Petit

    Après le succès d'« Une maman, c'est comme une maison », Aurore Petit raconte de manière sensible, l'arrivée du deuxième enfant.
    Pour le moment, personne (ou presque) ne se doute que j'existe...
    La nouvelle et le secret du début de la grossesse bien gardé, la première fois que l'on entend battre le coeur du bébé, l'annonce au futur grand frère, les projections qui accompagnent la grossesse jusqu'à l'arrivée tant attendue et la découverte de cette toute nouvelle personne qui redistribuera l'équilibre et les rôles de chacun au sein de la famille. Inspiré une nouvelle fois de son expérience personnelle, c'est un sujet très intime autant qu'universel qu'Aurore Petit nous propose, traité tout en finesse.
    La naissance, fin de l'album et début d'une nouvelle vie.

  • Deux soeurs, leurs maris respectifs et leurs enfants, vont chez leurs parents pour le sacro-saint repas dominical. Tous sont heureux de se retrouver jusqu'à ce que tombe la question qui va les plonger dans une funeste tragédie : "De quoi pourrait-on parler ?" Formica, le nouveau livre de Fabcaro (l'auteur de Zaï Zaï Zaï Zaï) est construit comme une pièce de théâtre, avec une unité de lieu et de temps, et découpé en trois actes.
    Formica rassemble, au delà de la famille protagoniste du récit, tout ce qu'on a jamais osé faire et dire lors de nos repas de famille.

  • Joyeuse et hétéroclite,voici une sélectiondes grandes et despetites merveillesdu monde ! Faune, flore,monuments et personnagescélèbres, coutumes, spécialités... Les décors de 64 payssont plantés au travers des 6 000 vignettes qui peuplentcet album foisonnant, à la manière des cartes d'autrefois.

  • Dans ce petit restaurant situé au fond d'une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin pour servir des petits plats typiques du Japon qui réveilleront les papilles et les souvenirs du temps passé. Car ici, chaque plat est lié aux souvenirs d'un personnage : yakuza, stripteaseuse, boxer...
    Avec son trait fin et épuré, son style très personnei, Yarô Abe, qui cite parmi ses références Yoshiharu Tsuge, brosse des portraits drôles et émouvants de personnages touchants, chacun à leur manière, dans un manga qui a quelque chose d'apaisant et de réconfortant.
    La Cantine de minuit, c'est un petit restaurant qui vous remplit le coeur et l'estomac, et une agréable manière de découvrir que la cuisine japonaise est trèsb loin de se limiter aux sushis.

  • Sandrine et Henri coulent des jours paisibles dans leur villa luxueuse. Henri est un patron de startup épanoui et dynamique et Sandrine l'admire. Mais hélas la vie n'est pas un long fleuve tranquille... Un beau jour, Sandrine tombe sous le charme de Michel, un brun ténébreux livreur à domicile et chanteur de rock à ses heures perdues. Une idylle merveilleuse va alors se nouer entre eux. Mais la vie est-elle toujours du côté de l'amour ? Les sentiments purs et absolus ne sont-ils pas qu'une feuille morte emportée par le vent ? Un arc-en-ciel ne finit-il pas toujours par disparaître derrière les nuages ?

    Un hommage appuyé aux romans-photos et à tout ce que l'amour a pu inspirer pour vendre du papier aux amateurs et amatrices de roman à l'eau de rose. Si vous pensiez avoir fait le tour de la question sur ce genre de littérature, laissez-nous vous soumettre l'idée qu'on peut aller encore un peu plus loin, grace à Fabcaro.

  • Awa, il faut qu'on change le monde ! Nouv.

    Awa a sept ans. Elle vit à Liège avec ses parents et sa grande soeur, mais se sent à la fois belge, guinéenne, française, marseillaise, sicilienne-italienne... et gauchère. Elle adore le chocolat, les livres, et embêter sa soeur Maïa. Elle a horreur des robes, du racisme, d'être gentille avec tout le monde, et elle déteste les aubergines. Plus tard, elle veut devenir reine-capitaine-pirate de la mer.
    Elle est curieuse, drôle, têtue, et a un sacré sens de la répartie.
    Et elle a beaucoup de choses à vous dire...

  • Le plus bel été du monde Nouv.

  • Les animales

    Fred L.

  • La guerre de Maurice Nouv.

    Maurice vit à Bruxelles. Il a 12 ans lorsque les Nazis envahissent la Belgique, en mai 1940. En pleine nuit, la famille fuit pour la France. Mais là aussi, la traque des Juifs s'intensifie. Ils traversent alors l'Espagne franquiste et le Portugal pour embarquer sur un bateau à destination de la Jamaïque, une terre d'accueil pour de nombreux Juifs réfugiés.
    Malgré la clandestinité, la peur et le danger, Maurice, s'accroche à un rêve. Plus tard, il sera avocat. Et pour cela, même sans aller à l'école, il doit continuer à apprendre. Avec l'aide d'un dictionnaire d'anglais et de quelques personnes extraordinaires rencontrées sur sa route et dans le camp de réfugiés, il s'instruit. Il n'a pas 17 ans quand, à la fin de la guerre, il est accepté à l'université de Toronto.

  • Dans le Japon des années 1960, Kyoji est libéré de prison pour bonne conduite. Sans famille ni attache, il est déterminé à devenir le disciple de Yakumo, un grand maître du théâtre Rakugo, depuis qu'il a assisté à son impressionnante prestation au bagne. Étrangement le sensei choisit de prendre le jeune homme sous son aile, alors qu'il n'avait jusque-là accepté aucun apprenti, et lui donne même un nom de scène : "Yotaro". Une nouvelle vie s'ouvre dès lors pour Yotaro qui tentera de faire perdurer cet art l'ayant tant aidé durant ses heures les plus sombres, avec le soutien du domestique Matsuda et de la jeune Konatsu, fille d'un célèbre Rakugo-ka, décédé de façon tragique, qui fut autrefois l'ami et le rival de Yakumo...

  • Une revue qui se donne pour mission de démocratiser les savoirs universitaires et militants pour déconstruire le patriarcat et donner à chacun des moyens d'émancipation au quotidien. Le premier numéro est consacré à la question du genre, sur la manière dont on devient un garçon ou une fille, sur la transition de genre ou encore l'aspect politique de la naissance.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Chez nous

    ,

    Comme un appel de tous les animaux qui se souviennent de leur liberté.

    Au milieu d'une ville, un écrin de verdure abrite un zoo pas comme les autres. Des animaux y vivent paisiblement... du moins en apparence. Tout a été conçu pour qu'ils coulent des jours heureux. À la manière des humains, ces animaux vivent dans un univers fabriqué pour répondre à leurs habitudes.
    Les ratons laveurs se prélassent sur des matelas pneumatiques dans une piscine et le guépard s'entraîne sur un tapis de course. Les paons dégustent thé et pâtisseries tandis que les caméléons font les boutiques quand bon leur semble. Les animaux le disent « nous vivons confortablement ». Mais, aux toutes dernières pages, ils s'unissent pour nous révéler le seul endroit au monde qui leur correspond réellement... La nature, la vraie, sauvage et diverse, et non pas le parc à thèmes où ils sont réduits à imiter les habitudes des humains. La douceur des illustrations dissimule un propos percutant : l'importance du respect du droit des animaux à vivre dans un habitat conforme à leur état primitif. Cet album sensibilise les plus jeunes à la question de la cohabitation entre humains et animaux ainsi que la protection animale.

empty