Ecole Des Loisirs

  • C'est trop bien les grandes vacances ! Quand Vindru et Marie-Pierre passent l'été au bord de la mer, ils trouvent toujours quelque chose à faire. Un jour, ils ramassent des bricoles dans le jardin, un autre, ils construisent une cabane avec plein de petits trous de lumière. Ils lèchent un poteau qui a un goût de menthe, inventent quantité de mots et nagent un 4 fois 100 mètres sur le carrelage de la cuisine. Avec Vindru et Marie-Pierre, la vie est extraordinaire... le matin, le soir et le midi. Et le lendemain aussi !

  • Comment dire à quelqu'un qu'on l'aime ? Et se faire des amis quand on est timide ? Pourquoi on a des couleurs préférées ? Pourquoi y a-t-il de l'argent ? Dans cette compilation des chroniques parues dans Philosophie Magazine, Tomi Ungerer commente et illustre ses réponses à cent grandes questions d'enfant, entre philosophie et poésie : « Répondre aux enfants, c'est se mettre à leur place. Expliquer en utilisant un vocabulaire adulte compréhensible. Illustrés par des exemples tirés de la réalité, ou soutirés de l'imagination. Démontrer que tout se surmonte avec le sourire et le respect. Et que grâce à l'absurde, nous sommes tous des apprentis sorciers. »

  • Les Sirènes, le Cyclope, la nymphe Calypso, Circé la magicienne, Pénélope l'épouse fidèle, les Lotophages, tempêtes et naufrages, toutes ces rencontres de légende et ces aventures mythiques ont un point commun: celui qui les a vécues. Ulysse, l'homme aux mille ruses, vingt fois détourné de sa route de retour au pays natal après sa victoire à la guerre de Troie. Nous en connaissions tous des bribes et des extraits. Grâce à la plume enchantée d'Yvan Pommaux, voilà le chef d'oeuvre d'Homère paré pour une nouvelle vie.

  • Parce que deux jeunes plongeurs ont remonté de l'épave d'un navire grec un splendide vase qui représente le combat de Thésée contre le Minotaure, l'archéologue qui dirige l'expédition va passer la nuit à leur raconter, à la belle étoile, l'histoire de ce roi d'Athènes qui fut l'inventeur de la démocratie et le héros de tant de légendes et d'oeuvres d'art. Avec précision, clarté, luxe de détails et beaucoup d'humour, Yvan Pommaux nous offre sa version de ce grand mythe.

  • Dandy, un peu cabot, amateur de bon mots, fair-play dans l'âme... Théo Toutou est écrivain le jour et détective la nuit. Grâce à son sens poussé de l'observation et de la déduction, il vient régulièrement en aide à l'inspecteur Duraton, son vieil ami. Théo Toutou est aussi secrètement amoureux de l'intrépide et charmante libraire, Natacha, qui n'hésite pas à l'accompagner dans ses filatures. Les voilà embarqués dans des aventures palpitantes à la poursuite des ravisseurs d'une jeune et insupportable belette, d'un monstre terrifiant caché au fond d'un lac, d'un voleur de statuettes d'art primitif... Sa seule motivation, c'est de rendre service. Mais venir en aide aux autres n'est pas sans danger. Théo déclenche des rancunes tenaces dont il va devoir se méfier. Gare aux traquenards !

  • Oedipe ? C'est un nom galvaudé, un héros somme toute méconnu. Seul à trouver la réponse à la question piège du Sphinx, il terrasse le monstre et devient roi de Thèbes. Victime d'une sinistre prédiction, il fait tout son possible pour échapper au destin qui finit par le rattraper : brisant tous les tabous, il tue son père, épouse sa mère et lui donne quatre enfants. Quand il apprend la vérité, il se crève les yeux avant de partir sur les routes comme une âme en peine. Mais Oedipe, au commencement, c'est l'histoire la plus horrible de toute la mythologie, celle d'un enfant abandonné par son père...

  • Alain Moret, huit ans, vit dans une petite ville française. Nous sommes en 1953. Bientôt, ses parents achèteront leur première voiture. Bientôt, ils changeront d'appartement. Ils auront la télévision, le téléphone, un réfrigérateur, une salle de bains. Alain portera des blue-jeans, il écrira au stylo-bille, il mâchera du chewing-gum. Mais en 1953, il se promène encore en culottes courtes, il trempe sa plume dans l'encrier, il suçote des caramels à un franc. Il habite avec sa famille un logement sans confort. À l'école, en attendant le chauffage central, de vieux poêles à charbon rougeoient dans les classes, en hiver. Les années cinquante sont celles du passage à la modernité. En les regardant, on mesure tout ce qui a si vite et tant changé, ce qu'on a gagné, ce qui s'est perdu...

  • Si Béatrice l'Intrépide a choisi la profession d'Héroïne Solitaire, ce n'est pas pour s'encombrer de deux casse-pieds. Depuis qu'elle a croisé le joueur de fifre François les Bas Bleus et ce diable de Jean-Claude, ces boulets ne la quittent plus d'une semelle. Et sympathiques avec ça : ils ne demandent qu'à lui venir en aide ! Eh bien, soit. Pendant qu'elle ira combattre des hordes de monstres, ils n'auront qu'à s'occuper du ménage et des courses. Et tant pis s'ils font des bêtises dès qu'elle a le dos tourné...

  • «?Je me présente?: Béatrice l'Intrépide, aventures en tout genre, héroïsme, redressement de torts, secours aux victimes, défense de la veuve et de l'orphelin. J'affronte les brigands, je découpe les dragons en tranches, je délivre les princesses. Si vous avez besoin de mes services, criez?! L'oeil et l'oreille toujours aux aguets, je saurai où vous trouver.?» Béatrice l'Intrépide est fort sollicitée ces derniers temps. Il lui faut secourir un prince atteint d'un mal mystérieux et débarrasser la région d'une bête démoniaque. Ne la plaignez pas?! Elle adore ça...

  • Cela devait advenir ! À force de galoper droit devant elle, sans trêve ni repos, Béatrice l'Intrépide a fini par arriver au pays des contes. Elle qui fuit la routine et n'apprécie que la nouveauté est comblée : c'est un vrai défilé ! Elle croise une princesse cachée sous une peau de cheval, sept nains accrocs au ménage, un miroir trop bavard, un petit poucet insupportable... Cela fait beaucoup d'aventures à gérer pour une héroïne solitaire. Heureusement, Béatrice peut toujours compter sur une alliée aussi fidèle qu'indispensable... sa jument Véronique !

  • Lucien, treize ans, sait que les vrais ennuis commencent aux portes du collège et ne s'arrêtent pas là. Il y a toujours un prof pour vous réveiller en plein cours et vous coller deux heures. En permanence, il n'y a personne. Ni Basile, son ami fidèle rebaptisé Croûton, ni Rosa, sa vieille copine peintre morte il y a 120 ans. Là-bas, il n'y a que l'ennui. Et Lucien n'aime pas ça. Comme il n'aime pas : les quatrièmes, les sixièmes, les cinquièmes, les troisièmes... Pour s'occuper, Lucien a l'idée de dresser la liste de tout ce qu'il n'aime pas. Il est sonné devant l'ampleur de la tâche. Justement, Lucien vient d'atterrir sur le menton d'une fille. Elle s'appelle Fatou et c'est un phénomène. Tout le monde a peur d'elle. C'est dit, Lucien ne l'aime pas, et c'est réciproque. Fatou propose un duel : celui qui déteste le plus de choses au monde l'emporte. Ça, Lucien aime bien.

  • Il est très tard, un soir d'été. Anita rentre du restaurant avec sa grand-mère lorsqu'elle aperçoit une lumière qui s'allume et s'éteint plusieurs fois à la fenêtre d'une maison voisine. Puis plus rien. Il n'en fallait pas tant pour piquer la curiosité d'Anita. Quand le flash lumineux reparaît à quelques nuits d'intervalle, qu'il est toujours suivi du bruit d'une voiture qui démarre, Anita décide d'ouvrir son carnet et de mener l'enquête au côté de son ami Matías. A partir de 9 ans.

  • Moi, Max, je n'ai pas peur de le dire : j'ai peur. Des clowns, des dames de cantine, des interros, des bruits de fantôme dans le grenier. De tout. Et depuis toujours. Le roi du stress, le prince de l'angoisse, ne cher¬chez pas : c'est moi. À l'école, les autres se paient ma tête. Mes parents m'emmènent voir des psy¬chologues et attendent que ça passe. Non, ça ne peut plus durer. Il faudrait qu'on m'indique un remède, et vite ! Un jour, débarque à la maison un géant plein de barbe et de cheveux. C'est Benoît, un vieil ami de mon père, qui rentre tout juste d'Amazonie. Benoît n'a rien dans les poches et nulle part où aller. Mais il a peut-être quelque chose pour moi. Et s'il me montrait le chemin de l'aventure ? 8/10ans

  • Dans le quartier de Barracas, tout le monde croit que le vol du parapluie n'a aucun sens. Personne n'a fait le lien entre cette disparition et les événements étranges qui se sont produits ces derniers jours.

    Jusqu'à ce qu'Anita, avec l'aide de Matias, se décide à mener l'enquête : que s'est-il passé dans la galerie d'art ? Qui a essayé d'entrer dans la maison de Marta ? Pourquoi Beatriz est-elle suivie ?

  • Manoel est catégorique, ce livre sur les tatous écrit par un certain R. Kipling est un tissu d'âneries. Il en sait quelque chose, étant lui-même un tatou. Un magnifique tatou d'Amazonie d'ailleurs, fin lettré et particulière entêté. Il est prêt, s'il le faut, à remonter le rio Juruá en pirogue pour mettre la main sur ce Kipling et exiger du soi-disant spécialiste un démenti. Son ami Luizao le colporteur l'accompagnera. C'est lui qui a offert à Manoel ce live truffé d'erreurs... Il lui doit bien ça et va s'en mordre les doigts !A partir de 8 ans.

  • Sam vit dans un trou perdu, sur l'île d'Ukerewe au large de la Tanzanie. Lui et ses copains rêvent d'assister à un concert sur le continent. Mais comment trouver l'argent ? Écrire un livre et le vendre à un éditeur, comme le suggère Papis Dieng, le nouvel élève ? Happy Ulisa, la cousine de Sam, a une autre idée. Elle aimerait savoir pourquoi le père de Papis est venu s'enterrer à Ukerewe. Le commissaire de police serait-il sur la piste d'un trésor ou d'une vieille affaire non résolue ? L'enquête s'annonce pleine de rebondissements. 9/12 ans.

  • Paul a huit ans et il a un gros problème. Le gros problème, c'est sa maman. Enfin, pas elle, mais ce truc qui se prépare. Cette chose. Un bébé. Un autre enfant dans la famille. À sa place à lui, Paul. Au fur et à mesure que les mois passent, le ventre de sa mère devient de plus en plus impressionnant. Effrayant même. Le bébé ne tardera plus. Alors, quand il se retrouve tout seul, Paul fait son sac. Il sort de la maison et claque la porte. A partir de 8 ans.

  • Dans la sixième de Raph, tout le monde est très cool, on s'habille classe, et les garçons jouent à la balle contre le mur pendant que les filles les encouragent. La sixième, en soi, c'est bien. Mais l'année suivante, ça se corse. Car on peut tomber éperdument amoureux à la maternelle, vivre une histoire d'amour sérieuse en CP, avoir un flirt en CM1 et s'échanger solennellement des mangas, et rêver de boys band en sixième. Mais en cinquième, c'est différent, tout le monde vous le dira. Ce n'est pas forcément mieux, ni moins bien, mais il se passe des choses... et certaines demandent du courage et de la stratégie.

empty