• Juin 1940. Il faisait beau mais les temps étaient couverts. C'est la débâcle de l'armée française et l'exode pour de nombreux civils. À travers le destin d'un simple bidasse, Rabaté signe, 18 ans après Ibicus, un grand récit sur une période trouble où tous les repères quotidiens ont sauté...

  • Chaque jour, Edmond et Pierre, deux petits vieux (ou deux « seniors », pourront dire les plus ancrés dans la modernité), s'installent au bord de la rivière pour pêcher. Ils font de temps à autre des pauses pour casser la graine ou boire un coup de blanc. Parfois ça mord un peu.
    Le temps s'écoule ainsi, au rythme des prises. Le soir, chacun rentre chez lui. Edmond retrouve son chat, et Pierre parle à la photo de sa femme décédée d'un cancer.
    Un jour, Edmond apprend à son ami qu'il a rencontré quelqu'un, grâce aux annonces qu'il lit depuis quelques temps. Et là, il semble que ce soit la bonne. « C'est pas parce que l'on a passé l'âge de la gaudriole épicée qu'il faut faire maigre jusqu'au trou ! »
    À la surprise de Pierre, Edmond lui montre aussi son violon d'Ingres, la peinture. Il s'y est mis après le divorce d'avec sa femme. Il dessine des nus féminins. D'après les pages centrales de Playboy. Pour Pierre, c'est un choc. Impensable d'imaginer faire la même chose. Le souvenir de sa femme, l'âge... autant de freins à une vie aussi active. Alors qu'il rumine ces sombres pensées, de retour chez lui Edmond meurt, terrassé par une crise cardiaque.
    Pierre, remué par ces événements et la mort de son ami, décide alors de reprendre sa vie en main...

  • Juin 1940. Videgrain, soldat du 11e régiment, est sur les routes. Les Allemands ont enfoncé tous les fronts, c'est la débâcle. Les Stukas viennent faire des incursions meurtrières sur les colonnes de réfugiés qui fuient l'avancée allemande. Et voilà Videgrain chargé de veiller sur ses camarades morts lors du dernier passage des avions et sur le trou fait par un obus en plein milieu de la chaussée. Une fois l'ambulance et les dernières troupes passées, Videgrain veut rejoindre son régiment. Mais le réservoir de sa bécane, percé par une balle ennemie, est vide. Commence alors pour Videgrain un voyage en terre inconnue, où tous les repères habituels ont explosé en même temps que la défaite éclair de l'armée française.

  • La deconfiture t.2

    Pascal Rabaté

    Juin 1940. Videgrain, soldat du 11e régiment, est sur les routes... Les Allemands ont enfoncé tous les fronts, c'est la débâcle. Les Stukas viennent faire des incursions meurtrières sur les colonnes de réfugiés qui fuient l'avancée allemande. Videgrain, qui a été séparé de son régiment, le rejoint à temps pour être fait prisonnier par l'armée allemande avec tous ses camarades. Au fil du chemin qui les emmène vers leur camp de détention, leur nombre s'accroît de jour en jour, confirmant l'étendue de la défaite française. Videgrain, son copain Marty et quelques autres soldats, veulent profiter de la pagaille créée par cette colonne de prisonniers qui s'étire de plus en plus, pour s'évader...

  • Ibicus ; intégrale

    Pascal Rabaté

    Siméon Nevzorov croupit dans une vie d'ennui peuplée de rêves de gloire et de fortune. Sa route croise un jour celle d'une vieille tsigane. Elle lui révèle qu'il est né sous le signe du crâne qui parle, l'Ibicus, et lui prédit : « Quand le monde s'écroulera dans le feu et le sang, tu vivras des aventures extraordinaires, mais tu seras riche ! » Aussi invraisemblable qu'il y paraît, le petit cloporte sans envergure va profiter sans vergogne des affres chaotiques qui ébranlent le monde et accomplir sa prophétie.

    Géniale adaptation du roman d'Alexis Tolstoï, fable corrosive sur la condition humaine teintée d'humour noir, Ibicus est l'oeuvre qui a consacré Rabaté comme l'un des plus grands auteurs de sa génération. Cette nouvelle et belle intégrale cartonnée, bénéficiant d'une illustration de couverture inédite et d'un cahier d'illustrations couleurs de 16 pages, vous permettra de découvrir ce chef-d'oeuvre de la BD expressionniste, ou de vous y replonger avec plaisir.

  • Entrez dans la fabrique d'une bande dessinée de référence !

  • Il commençait à sérieusement nous manquer !!
    Après Les petits ruisseaux et La Marie en plastique, Pascal Rabaté revient à ses chroniques provinciales, observant avec malice, mais sans moquerie, les gens ordinaires. «J'aime les petites gens. Ils sont à ma hauteur, je suis issu d'un milieu campagnard, je raconte le milieu dans lequel j'ai grandi, les gens que j'ai croisés, qui vivent et pensent au premier degré, comme moi.» À l'instar de Charles Trenet, qui sur l'air de Je Chante, fit fredonner joyeusement la France entière avec l'histoire d'un artiste qui finit par se pendre, Pascal Rabaté nous raconte avec jubilation les faits et gestes d'un garçon triste à mourir, dans une province cafardeuse, sur fond de suicide, de conflit social et de délocalisation. Y'a de la joie!
    Patrick possède une boutique de farces et attrapes en province, «Le petit rien tout neuf avec un ventre jaune». Ici tout est rigolade, poilade, farce... Mieux vaut faire abstraction du bon goût, les étrons en plastiques côtoient les tabliers de cuisines assortis de faux seins, sous le regard jubilatoire des masques de Johnny ou Sarkozy. La boutique est tenue par Patrick, clown devenu triste sire depuis le départ de son épouse (« Ma femme m'a quitté parce que je suis une vraie m***e qui vend des fausses en m***** en plastique »). La vie de Patrick va basculer au cours d'une soirée entre amis. Notre petit commerçant va faire connaissance d'une artiste, une acrobate travaillant pour le cirque Nuage, de passage en ville... Une étoile brillante dans la nuit sombre qui va de nouveau éclairer le chemin de sa vie.

  • 1962. L'abbé Ferra débarque à Restigné, petite bourgade viticole à première vue sans histoires, pour y administrer la paroisse. Mais le village est alors le théâtre d'un événement sordide :
    L'un des principaux propriétaires de vignes meurt dans une terrible explosion. Il n'en faut pas plus pour alimenter commérages et rumeurs de la pire espèce. C'est donc entre querelles de clocher et lettres anonymes que le jeune prêtre va devoir s'acclimater à sa nouvelle vie de campagne, finalement moins tranquille qu'il ne s'y attendait.

  • Bienvenue a jobourg

    Pascal Rabaté

    Patrick, un jeune français, arrive à Johannesburg pour travailler dans l'imprimerie d'un ami de son père. À peine débarqué, il se demande ce qu'il fait ici, tant la violence de la ville et la paranoïa sécuritaire l'effraie. Comble de malchance, l'imprimerie est en cessation de paiement et son employeur ne peut ni l'embaucher ni lui payer le billet de retour. Dès lors, Patrick n'a plus d'autre possibilité que de s'habituer au pays. Au contact des habitants des bidonvilles de Soweto, il finira par s'intégrer à ce pays envoûtant... au point de se laisser pousser des dreadlocks !

  • Fils unique de parents très ordinaires, Harry vient d'apprendre qu'il est également l'unique héritier de son vieil oncle d'Amérique. Une perspective plutôt alléchante! Mais en quoi consiste donc l'héritage? Rien ne le précise dans la lettre du notaire. Harry rêve de montagnes d'or, ou peut-être d'une Porsche, à moins que ce ne soit un avion? Perdu! L'héritage s'appelle Madison, le perroquet de son oncle décédé. Mais attention! Madison n'est pas un perroquet ordinaire : il parle, bien sûr, mais il lit également, répond au téléphone, joue du piano avec le bec, connaît de savoureuses recettes de cuisine, est imbattable au Monopoly, joue aux échecs, fait des mots-croisés... Bref, Madison a tout ce qu'il faut pour apporter un souffle d'humour et d'originalité à la vie de Harry. Jusqu'au jour où un voleur capture Madison et disparaît avec lui. La vie redevient comme avant, terriblement monotone, et ce n'est pas Victor, le triste perroquet que les parents de Harry lui offrent pour le consoler qui lui fera oublier l'inoubliable Madison. Mais Madison a plus d'un tour dans son sac et il est prêt à prendre tous les risques pour rejoindre son petit maître. Mais comment faire?
    Londres est une grande ville, une très grande ville dans laquelle il est facile de se perdre...

  • Grand auteur contemporain et réalisateur français, Pascal Rabaté révèle une nouvelle corde à son art, celle de conteur d'images. Trois coups retentissent... Une pièce sans paroles en dix matinées, dix soirées et un décor... Le rideau se lève sur un petit théâtre de papier, brillant hommage ludique et insolite au film d'Alfred Hitchcock, Fenêtre sur cour. Si une fenêtre est une ouverture qui permet d'assurer l'aération et la lumière... elle permet aussi d'assurer la vue. vue sur d'autres fenêtres derrière lesquelles se déroulent des histoires de couples, des histoires d'amour, de séparation, de tromperie, et pourquoi pas des histoires de meurtre. C'est un travail à plein temps de regarder à la fenêtre, de surveiller, de guetter... D'ailleurs, retournons-y... il ne faudrait pas rater quelque chose.

  • Les tomes 1 et 2 de La Déconfiture sous coffret.

  • En ces premiers jours de 1917, Siméon Ivanovitch Nevzorov s'ennuie au bureau, s'ennuie au lit, s'ennuie dans l'alcool. Il rêve de richesses et d'aventures sans avoir le courage d'entreprendre quoi que ce soit. Mais Siméon a de la chance : cette vie pleine de rebondissements qu'il n'arrive pas à forger par lui-même, la Révolution va la lui apporter sur un plateau ! Le chaos est une période formidable ! Il sufffit de se baisser pour ramasser les débris de la grande Russie, comme de l'or, de l'argent ou des âmes perdues... A condition, bien sûr, de faire preuve de cynisme et d'opportunisme. Et cela, Siméon Ivanovitch Nevzorov n'en manque pas, lui qui est né sous le signe de la mort, sous le signe du crâne parlant d'Ibicus... Une nouvelle histoire signée "Pascal Rabaté" dont le dernier album, "Un ver dans le fruit", a été primé Meilleur album au festival de Sierre 1997 et a obtenu le prix Bloody Mary décerné par les journalistes spécialisés.

  • Ibicus t.3

    Pascal Rabaté

    « Je serai riche un jour, elle me l'a prédit ! » Depuis qu'une tsigane a lu la fortune dans les lignes de sa main, Siméon Ivanovitch Nevzorov est impatient ! Il usurpe le titre d'un aristocrate déchu, ramasse tout ce qui brille au milieu des cendres de la sainte Russie, adopte le mode de vie d'un dandy, et se lance dans le commerce des peaux. Enlevé dans sa chambre d'hôtel, il est retenu « par erreur » dans les locaux de la police, où il revoit le comte Chamborain. Les policiers sont à la recherche d'un ponte anarchiste responsable d'un trafic de diamants. Ils forcent Nevzorov à intégrer le contre-espionnage, véritable « état dans l'état », avec lequel il va devoir collaborer s'il veut sauver sa peau et tirer son épingle du jeu. Nevzorov, parfait délateur et suffisamment couard, les met sur la piste de Chamborain qu'ils vont essayer de coincer..."Rabaté" nous invite à suivre la destinée d'un homme entre actes de lâcheté et vils calculs, partagé entre la quête de la réussite et sa perdition dans l'argent, le sexe, la drogue, l'alcool... La vision qu'a "Rabaté" de l'être humain est noire et pessimiste, mais ô combien réaliste et fascinante.

  • Ibicus t.4

    Pascal Rabaté

    Le bateau laissé en quarantaine, dans lequel croupit Siméon, finit par accoster sur une petite île au large d'Istambul. En attente de visas, les Russes réorganisent une micro-société sur une île infestée par les cafards.Epié par le contre-espionnage, Siméon se déguise en Turc, mais se fait tout de même attraper par Liverovski, la veille d'obtenir son visa ! Le message est clair : soit Siméon assassine Burstein, soit il est balancé aux forces alliées. Mais il rate son coup et se fait rosser par la police du contre-espionnage. Laissé pour mort dans la forêt, sans un sou, on le retrouve mendiant dans les bas quartiers d'Istambul, réduit à faire les poubelles, lui, le comte Nevzorov ! Et voilà qu'il vire maquereau... « Tu n'es qu'un cafard, mais tu es sous le signe d'Ibicus, le crâne qui parle... » lui avait dit la tsigane. Et comme par hasard, ce sont les cafards qui vont lui sauver la vie. Voici le dernier livre de la fabuleuse série expressioniste de Rabaté. Sa vision de l'être humain est noire et pessimiste, mais ô combien réaliste et fascinante.

  • Ibicus t.2

    Pascal Rabaté

    " Je serais riche un jour, elle me l'a prédit ! " Depuis qu'une tsigane a lu la fortune dans les lignes de sa main, Siméon Ivanovitch Nevzorov est impatient ! Il usurpe le titre d'un aristocrate déchu, ramasse tout ce qui brille au milieu des cendres de la Sainte Russie, et adopte le mode de vie d'un dandy. Il croit enfin avoir atteint le but ultime quand, croyant faire une bonne affaire, il rachète le domaine d'un comte en exil. Mais le souffle de la Révolution le rattrape et écroule comme un château de cartes son beau palais et ses rêves de richesse ! A son tour Siméon est jeté sur les routes et marche dans la steppe au milieu des champs de bataille ! La fortune promise viendra-t-elle de la guerre oeAlph-Art du Meilleur Album de l'année au Festival d'Angoulême 2000.

  • Affreux, sales et méchants ! Y'a pas, dès qu'on goûte au luxe, on prend des habitudes. Tenez, les Visons par exemple. Y z'étaient pas mal installés dans leur caravane. Bon, c'était un peu petit, surtout depuis que la Fabienne elle a eu son petit Johnny. Mais enfin, y z'ont eu un bel héritage ! Pensez donc : un pavillon ! Même qu'on dit qu'il était qu'à moitié naturel, l'héritage ... Et ben ça leur suffit pas ! Ils tournent encore autour de la mère Chartier, leur viager... M'étonnerait pas qu'ils aimeraient bien qu'il finisse vite, ce viager ... Initialement publiés en couleur, "Villa mon rêve", "A la noce comme à la noce" et "Dans la dentelle" forment les trois épisodes de la série "Les Pieds dedans", fable moderne, méchante et sarcastique, d'une famille de Français très moyens. Les Éditions Vents d'Ouest ont décidé de rééditer ce bijou d'humour noir sous forme d'intégrale, en noir et blanc pour laisser toute sa force au trait de "Pascal Rabaté".

  • "Ce recueil regroupe comme le titre l'indique mes premières histoires.Dans l'ordre "Exode", "Vacances, vacances", "La Mort de Monsieur Kassowich" et une nouvelle version des "Amants de Lucie".Je me suis interrogé sur le bien-fondé de ces exhumations, et puis je les ai relues... Ah, c'est pas la Chapelle Sixtine, mais ça n'est pas la honte non plus, à part "Les Amants de Lucie" (que j'ai améliorée).Et même, je pense qu'avec une belle couv', ça peut faire beau sur la cheminée, cacher un trou, caler un meuble... Ca peut même se lire, vu que mes planches, là, sont bien imprimées.""Pascal Rabaté".

  • Didier vit avec sa soeur Soazig dans une petite ferme bretonne. Il est très malheureux : à 45 ans, ce passionné du tour de France, n'a toujours pas connu le grand amour. Alors qu'il doit acheter une moissonneuse à la vente aux enchères du matériel agricole de Régis, copain de beuverie et fermier en faillite, il revient sans matériel mais avec son copain. Soazig est furieuse, mais pourtant le courant passe entre Régis et elle, soufflant un vent de liberté sexuelle. Consciente des malheurs de son frère, elle l'inscrit à son insu sur un site de rencontres. Rapidement, le profil de Didier fait une touche : la très entreprenante " Coquinette "...

  • C'est les vacances ! Sur la route ou par le train, les vacanciers sont en route ! Bouchons, passages à niveau, rien ne doit entamer la bonne humeur estivale ! D'ailleurs, ça sent les embruns, la mer est proche ! Ça y est, elle apparaît au détour d'un virage ! « Sus à l'iode, chérie ! » Enfin, plutôt le sable de la plage. car c'est marée basse ! « Deux kilomètres pour se tremper les pinceaux. » Madame met son maillot à l'abri de sa serviette avant de se faire bronzer « seins nus ou pas seins nus ? Allez, seins nus. ». Monsieur prépare son matériel de pêche. les crabes et les crevettes n'ont qu'à bien se tenir. « Junior, tu prends ton filet, ta bourriche, tu me suis. Je le sens bien, le plateau de fruits de mer ! » Les enfants sont déjà dans l'eau, le chien à leurs trousses. « Il est en forme aujourd'hui, il est joueur. » Et la journée se passe ainsi. chacun absorbé par ses petits détails, ces petits moments qui font le sel de la plage.

  • « Alexandrin de Vanneville, poète des campagnes et des villes, arpentant les chemins et les villes, de terre ou de bitume, par vent et par la pluie, sans me taire et sans amertume, je survis en proposant ma poésie ». Refusant la servitude moderne, Alexandrin a choisi de ne s'exprimer qu'en rimes et de gagner sa vie en vendant en porte-à-porte ses poèmes photocopiés. Inutile de préciser qu'il ne roule pas sur l'or, mais cette vie lui réserve des petits plaisirs, comme celui de ne payer ses achats qu'avec des pièces jaunes.

    Rencontrant Kevin, un jeune adolescent fugueur, il décide de le prendre sous son aile, et le nomme auxiliaire en Contrat Indéterminé en Mendicité. Il va lui faire découvrir que la poésie ce n'est pas que des rimes, c'est aussi une façon de voir et d'interpréter les choses.

    Amis de longue date, Alain Kokor et Pascal Rabaté ont attendu plus de 25 ans avant de se lancer dans un projet commun.
    Chacun des deux artistes est allé puiser dans la fantaisie de l'autre pour nous offrir un authentique petit bijou intemporel.

  • Didier est très contrarié. Sandrine, son épouse, le trompe avec leur meilleur ami, Éric. Cela fait au moins un an que cela dure, depuis les vacances passées. Le boucher ne supporte plus les mensonges de sa femme, ni les moindres propos de son ancien ami. Pour assouvir sa vengeance, Didier organise les vacances des deux couples sur l'île de Noirmoutier. Le cocu magnifique prend les choses en main, empêchant par tous les moyens les deux amants de se retrouver ensemble. Il s'arrange même pour se retrouver seul à seul avec Éric, bien décidé à se débarrasser de lui, grâce à une méthode trouvée dans un classique de la bande dessinée franco-belge.

  • Dans la campagne angevine, près de Cholet, Pierre Martino découvre qu'il est cocu. Armé d'un fusil, il se rend au motel où sa femme et son amant ont l'habitude de se retrouver, bien décidé à les répudier sauvagement. Mais, dans sa précipitation, il se trompe de chambre et tue le mauvais couple ! Après vingt années passées derrière les barreaux, Martino a purgé sa peine mais il a toujours la rage au ventre. Il a eu le temps de la ruminer, sa vengeance... Son ex-femme, aujourd'hui remariée avec son amant, vit dans sa famille, les Verron, des marginaux, dans une espèce de décharge à la sortie du village. Des parasites notoires, voleurs de poules et habitués aux petites combines. Martino pourrait la laisser à cette vie misérable mais ce serait trop charitable. Lucette et son mari doivent payer. Et toute leur famille doit y passer.

  • Le café Chez Paul est le point de ralliement du village. On y vient boire un verre, faire son loto, parler de tout et de rien, téléphoner. et tuer le temps. La vie s'écoule ainsi, dans un train-train que rien ne semble perturber. Les plats du jour non servis finiront congelés, les carreaux devraient être faits depuis longtemps, et tous les quinze jours, la patronne va refaire sa permanente. Jusqu'au jour où un incendie se déclare chez Dédé.

empty