terminus 1 t.1 ; l'homme à la valise

terminus 1 t.1 ; l'homme à la valise (d'après Stefan Wul)

(Scénariste), (Coloriste)

À propos

Piqué par des insectes télépathes lors d'un séjour sur une planète lointaine, Julius lit dans les pensées et se sert de ses dons pour de minables arnaques. Un soir, poursuivi par les perdants rancuniers d'une partie de cartes, il se réfugie par hasard chez une ancienne connaissance, Marje. Autrefois meneuse d'hommes et flamboyante aventurière au passé sulfureux, elle lui propose une mission dangereuse mais lucrative : une chasse au trésor dans le cimetière d'astronefs de la planète Walden.

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes > Science-fiction

  • EAN

    9782359109382

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    48 Pages

  • Longueur

    32 cm

  • Largeur

    24 cm

  • Épaisseur

    1.2 cm

  • Poids

    634 g

  • Distributeur

    Mds

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Serge Le Tendre

Serge Le Tendre (Dupuis)
Né à Vincennes le 1er décembre 1946, Serge Le tendre découvre au début des années 70, après quelques modestes travaux d'illustration, qu'il est définitivement meilleur scénariste que dessinateur.

Il abandonne cette carrière longtemps rêvée et multiplie les scénarios d'histoires courtes chez PILOTE, MORMOIL, TOUSSE-BOURIN, ANTIROUILLE, FLUIDE GLACIAL, MÉTAL HURLANT, FORMULE 1, FRIPOUNET et CIRCUS, s'offrant pour s'exprimer la patte de Dominique Hé, Annie Goetzinger, Alain Voss, Michel Rouge, Loisel, Max Cabanes, Michel Blanc-Dumont et bien d'autres.

C'est dans les années 80 que ce long apprentissage commence à porter ses fruits avec “La Quête de l'oiseau du temps” illustrée par Loisel, sa collaboration aux premiers épisodes de “Jérôme K. Jérôme Bloche” avec Makyo et Dodier, la série des “Errances de Julius Antoine” pour Christian Rossi et “Takuan” avec Emiliano Simeoni, puis TaDuc, avec qui il créera par la suite "Chinaman", paru aux Humanos puis chez Dupuis.

En parallèle, ce scénariste prolifique et polyvalent poursuit ses incursions, plus ou moins longues, dans tous les magazines disponibles : FRILOUZ, CHIC, ASTRAPI, L'ÉCHO DES SAVANES, DYNAMICK, JE BOUQUINE, PILOTE-CHARLIE, OKAPI, I LOVE ENGLISH, etc. Il écrit avec Rodolphe la longue saga “Taï-Dor” chez Novedi, puis Vents d'Ouest, pour le dessinateur Serrano, auquel succédera Luc Foccroule.

En 1992, il est accueilli dans la prestigieuse collection “Aire Libre” avec “L'Oiseau noir”, illustré par Jean-Paul Dethorey.
Serge Le Tendre (Le Lombard)
Ses parents auraient bien voulu qu'il fasse carrière dans la comptabilité, mais Serge Le Tendre savait que son avenir s'écrirait au fil des planches de bande dessinée. Dans cette visée, il intègre l'université de sa ville, Vincennes, pour y suivre les cours de Giraud, Mézières ou Moliterni tandis que, sur les bancs, il fait la connaissance de Juillard et Loisel. Dès 1974, il publie des histoires courtes dans Pilote, mais c'est un an plus tard que paraissent les premières planches de son futur grand succès, "La quête de l'oiseau du temps". Réalisée avec son compère Loisel, cette pierre angulaire de l'heroic-fantasy en bande dessinée sera reprise dans Charlie Mensuel en 1982, puis en albums. Entre-temps, Serge Le Tendre s'est déjà fait un nom en collaborant à tous les grands magazines de l'époque : Fluide Glacial, Métal Hurlant, etc. Sa carrière lancée, il ne s'arrêtera guère. Il est ainsi le créateur de héros aussi populaires que Jérôme K. Jérôme Bloche ou Chinaman. Multipliant les collaborations – il lui arrive fréquemment de partager sa plume avec un collègue scénariste – Serge Le Tendre fédère plusieurs générations de dessinateurs autour de ses scénarios dont l'ingéniosité le dispute à l'humanité profonde. ll signe aujourd'hui une nouvelle série, "Golias", aux éditions du Lombard.
Serge Le Tendre (Dargaud)
Né à Vincennes en 1946, Serge Le Tendre s'inscrit à sa majorité à l'université de sa ville natale pour y suivre les cours de bandes dessinées donnés par Mézières, Giraud et Moliterni. Il y côtoie A. Juillard et R. Loisel.

Au métier de dessinateur, il préfère rapidement celui de scénariste. Dès 1974, il conçoit de courtes histoires pour les magazines « Pilote » et « Tousse-Bourin » avec D. Hé, A. Goetzinger et M. Rouge aux dessins.

En 1975, dans le magazine de luxe « Imagine » que dirige Rodolphe, il inaugure sa désormais fameuse « Quête de l'Oiseau du Temps » mise en images par R. Loisel.

A partir de 1977, il collabore avec les périodiques « Fluide Glacial », « Métal Hurlant », « Fripounet », «Je Bouquine», «I Love english», « Circus » et scénarise notamment pour Cabanes, Lacaf, Blanc-Dumont. En 1982, avec R. Loisel, il relance La Quête de l'Oiseau du Temps dans la revue « Charlie Mensuel » et en albums chez Dargaud. En 1984, il co-écrit Jérôme K. Jérôme Bloche avec Makyo pour le journal « Spirou » et les éditions Dupuis (dessin : A. Dodier). En 1985, il crée Les Errances de Julius Antoine (dessin : C. Rossi - éd. : Albin Michel). En 1989, il invente Les Voyages de Takuan (dessin : E. Siméoni puis TaDuc - éd. : Delcourt).

En 1991, il co-scénarise Pour l'Amour de l'Art avec P. Rey (dessin : J. Béhé et P. Danard - éd. : Dargaud) et, en 1993, Labyrinthes avec Diéter (dessin : J.P. Pendanx - éd. : Glénat). On lui doit en outre le premier « western-bol de riz » Chinaman (dessin : Taduc - éd. Dupuis), La Gloire d'Héra suivie de Tirésias (dessin : C. Rossi- éd.: Casterman), L'Histoire de Siloë (dessin : Servain- éd. : Delcourt). Au nombre de ses one shot, on citera Edmond et Crustave (dessin : C. Rossi - éd. : Futuropolis / Gallimard) et L'Oiseau noir (dessin : J.P. Dethorey - éd. : Aire Libre / Dupuis). Avec son ami dans la vie et complice en BD Rodolphe, Serge Le Tendre est par ailleurs le co-scénariste du fameux Cycle de Taï-Dor (dessin : J.L. Serrano - éd. : Vents d'Ouest), de l'album La dernière Lune (dessin : A. Parras - éd. : Le Lombard) et du diptyque Mister George (avec Rodolphe et H. Labiano), dans la collection « Signé » du Lombard. Avec Franck Biancarelli au dessin, il écrit Le Livre des Destins (éd. Soleil) et adapte Paroles d'Etoiles (éd. Soleil), témoignages d'enfants juifs cachés durant la Seconde Guerre Mondiale, d'après le livre éponyme de J.-P. Guéno.

Il écrit aussi Bye bye love, chez 12bis, avec L. Gnoni.

Serge Le Tendre figure parmi les prestigieuses signatures de la bande dessinée de ces vingt dernières années et dont tous les grands festivals ont primé l'inventivité.
Serge Le Tendre (Autre)
Ses parents auraient bien voulu qu'il fasse carrière dans la comptabilité, mais Serge LeTendre savait que son avenir s'écrirait au fil des planches de bande dessinée. Dans cette visée, il intègre l'université de sa ville, Vincennes, pour y suivre les cours de Giraud, Mézières ou Moliterni tandis que, sur les bancs, il fait la connaissance de Juilliard et Loisel. Dès 1974, il publie des histoires courtes dans Pilote, mais c'est un an plus tard que paraissent les premières planches de son futur grand succès, La quête de l'oiseau du temps. Réalisée avec son compère Loisel, cette pierre angulaire de l'heroic-fantasy en bande dessinée sera reprise dans Charlie Mensuel en 1982, puis en albums. Entre-temps, LeTendre s'est déjà fait un nom en collaborant à tous les grands magazines de l'époque : Fluide Glacial, Métal Hurlant, etc. Sa carrière lancée, il ne s'arrêtera guère. Il est ainsi le créateur de héros aussi populaires que Jérôme K. Jérôme Bloche ou Chinaman. Multipliant les collaborations – il lui arrive fréquemment de partager sa plume avec un collègue scénariste – Serge LeTendre fédère plusieurs générations de dessinateurs autour de ses scénarios dont l'ingéniosité le dispute à l'humanité profonde.

Jean-Michel Ponzio

Après des études de communication, JEAN-MICHEL PONZIO réalise des courts métrages en 3D, puis imagine des décors pour la publicité et le cinéma (Batman & Robin, Fight Club, Heaven.). En 2001, il signe ses premières illustrations pour les éditions J'AI LU avant de s'orienter vers la bande dessinée. En 2004 parait son album « T'ien Keou ». Puis « Exil », adaptation en BD d'un roman de science fiction. Puis il publie 3 tomes du « Complexe du chimpanzé » aux éditions DARGAUD sur un scénario de Richard Marazano, et la série « Genetiks » avec le même scénariste, chez FUTUROPOLIS. Comme pour ses autres projets, le dessinateur utilise sa technique de « dessin d'après photo » pour l'album « Plus belle la vie ».

empty